Loto-Québec se lance dans le poker en ligne dès septembre 2010

Le Président de Loto-Québec, Alain Cousineau, a confirmé que la société d’État offrira dès septembre 2010 une plateforme de jeux en ligne comprenant le poker en ligne, une industrie qui génère quelque 25 milliards de dollars de profits annuellement. La société d’État commencera avec le poker et les paris sportifs, puis élargira éventuellement son offre.

Le ministre québécois des Finances, Raymond Bachand, a affirmé dans un communiqué que « contrairement à la situation prévalant actuellement sur certains sites illégaux, Loto-Québec offrira des taux de retour stables, des jeux honnêtes, un accès contrôlé et limité aux personnes majeures, de même que des mesures de contrôle du temps et des montants joués ». Ailleurs au Canada, les gouvernements de la Colombie-Britannique et des quatre provinces atlantiques ont également autorisé leurs sociétés d’État à offrir des jeux de hasard et d’argent en ligne. Selon le ministre, le gouvernement suédois par exemple a réussi à récupérer environ 30 % des joueurs de poker qui fréquentaient des sites illégaux.

Comité de suivi

Les responsables de la santé publique et les groupes de défense des joueurs compulsifs ont évidemment dénoncé cette prochaine entrée en jeu de Loto-Québec dans l’arène des jeux en ligne, faisant valoir des études démontrant que les adeptes du poker en ligne dépensent de trois à quatre fois plus que ceux qui y jouent au casino.

Selon Alain Dubois de la coalition EmJEU, l’étatisation du jeu en ligne va augmenter le nombre de joueurs compulsifs dans la province québécoise. Le Ministre Bachand se dit sensible à cette problématique et a annoncé la création d’un comité d’experts, sous l’égide du ministère de la Santé et des Services sociaux, qui devra faire rapport au gouvernement des impacts sociaux et des ajustements à apporter 2 ou 3 ans après le lancement du site de jeu.

De son coté, Loto-Québec a assuré qu’elle collaborera avec ce Comité qui sera présidé par Louise Nadeau du Département de psychologie de l’Université de Montréal spécialisée dans les questions liées à la dépendance. À elle se joindront deux professeurs spécialisés en sociologie et anthropologie et en médecine spécialisée en toxicomanie, un directeur au ministère de la Santé publique et la directrice d’un centre de réadaptation.

Les chiffres

Québec estime que quelque 2 000 sites de jeu en ligne sont actuellement à la portée des Québécois. Le gouvernement prévoit récupérer 50 millions de dollars par année, d’ici trois ans.

À travers le Canada, l’industrie se chiffrerait à près d’un milliard de dollars en 2011 et a connu une croissance annuelle moyenne de 30% entre 2003 et 2008, passant de 184 à 675 millions de dollars. Dès 2012, le gouvernement du Québec estime d’ailleurs qu’il touchera un dividende de 50 millions de dollars versé par Loto-Québec en lien avec les activités en ligne de la société d’État..

Ce contenu a été publié dans Articles, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire